• Votre panier est vide.

E3MG : Améliorer le niveau de revenus propres

Le conseil d’administration de l’Ecole des mines et la métallurgie de Moanda (E3MG) s’est réuni, le 5 janvier à Libreville. A l’issue des travaux, les administrateurs ont convenu de trouver les voies et moyens pour améliorer le niveau de revenus propres de l’établissement d’enseignement supérieur, subventionné uniquement par l’Etat et la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog).

 

Après le 31 mai à Moanda, le conseil d’administration de l’Ecole des mines et la métallurgie de Moanda (E3MG) s’est réuni, le 5 janvier à Libreville. Les administrateurs ont notamment examiné les comptes et résultats de l’école pour l’exercice clos au 31 décembre 2021. «Cela nous a permis d’examiner un certain nombre de problèmes financiers liés au fonctionnement de l’école et son évolution. L’école n’est pas une entreprise, avec des recettes et des dépenses», a expliqué le Président du conseil d’administration (PCA). «Il n’empêche que nous avons un certain nombre de charges qui font que nous conduisons notre association sur la base d’une gestion qui se veut orthodoxe», a ajouté Maurice Ndziba.

Les administrateurs sont d’avis que l’E3MG doit explorer de nouvelles sources de revenus et les capitaliser. «Nous avons examiné la conduite de la gestion de l’école sur le plan financier pendant l’année 2021, qui se solde par un résultat négatif de 57 millions de francs CFA, en amélioration de près d’une vingtaine de millions de francs CFA par rapport à 2020. Qu’à cela ne tienne, les co-fondateurs de l’école, la Comilog et l’Etat, ont exhorté la direction générale à améliorer les résultats de l’école, en faisant en sorte qu’elle développe ses activités productrices de revenus, notamment en termes de prestation de services dans le domaine de la formation continue, notamment, pour que progressivement l’école améliore son niveau de revenus propres», a estimé le PCA de l’établissement spécialisé dans la formation d’ingénieurs.

Nommé à la tête de l’E3MG lors du dernier conseil d’administration, Christian Boupassia a décliné ses ambitions, en l’occurrence la nécessité d’acquérir le statut d’utilité publique. Un dossier qui avance. «L’école sollicite le statut d’utilité publique pour alléger certaines charge de son fonctionnement, et donc soulager un tant soit peu les actionnaires (…) le dossier est en bonne voie», a-t-il affirmé. Il sera également question de redynamiser et faire connaitre l’école au-delà du Gabon, en allant dans la sous-région. «C’est pour cela aussi que nous devons chercher d’autres bailleurs de fonds, autres les deux principaux associés. Nous avons l’ambition de continuer à porter haut le flambeau, attirer les meilleurs élèves, faire la promotion de nos diplômés», a conclu Christian Boupassia. Christian Boupassia. © Gabonreview

7 juillet 2022
X